Les ressources de l'éponge marine, Ouest France du 10 octobre 2011.

A l'étude.


Depuis l'an dernier, Pierre Sauleau, maître de conférence de l'Université Bretagne-sud, à Lorient, a lancé un programme de recherche sur ces étranges organismes.

Voici les deux principaux axes sur lesquels leur savoir-faire devrait s'orienter.

Les éponges sont des organismes simples qui, pour se nourrir, filtrent l'eau.
Pas capricieuses, elles retiennent les bactéries dont elles font leur festin mais également les virus et les métaux lourds.

 « Si on installait des cultures d'éponges dans les zones polluées, on n'aurait alors qu'à récolter ces organismes pour en extraire la pollution et la traiter à terre. »

Cette spongicullture, associée à celle de l'huître, pourrait également protéger ces mollusques de l'attaque du Vibrio, responsable d'une forte mortalité des huîtres. « Le milieu ostréicole a déjà manifesté son intérêt

Deuxième volet de ce programme de recherche : les molécules de défense produites par les éponges pour se protéger de leurs prédateurs.

Ces molécules sont de plus en plus utilisées par l'industrie pharmaceutique car elles renferment des propriétés anticancéreuses, antibactériennes et anti-inflammatoires.

Article du 10/10/2011, Ouest France.


Service commercial
Nous sommes à votre service du lundi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h

06 74 07 62 56
contact@aquarheak.com